Logement social, écologique et alternatif en Afrique. Autoconstruction.
Accueil du site > Articles > Second Oeuvre > Electricité solaire > Les leds : le vrai et le faux

Les leds : le vrai et le faux

vendredi 5 février 2010, par webmaster

Les LEDs durent 100.000 heures

Oui et non. Une LED voit son flux lumineux décroitre avec le temps sur une période qui peut excéder 100.000 heures. Généralement, on considère que la durée de vie d’un système à base de LED est le temps qu’il faut pour que le luminaire n’émette plus que 70% de son flux initial. Typiquement, une LED de puissance a, dans ces conditions, une durée de vie de plusieurs dizaines de milliers d’heures.

Une LED mal intégrée, par exemple qui chauffe trop, aura une durée de vie faible, bien en deçà des 100.000 heures. Il suffit quelques minutes à trop haute température pour détériorer une LED de manière irréversible.

Les LEDs ne chauffent pas

Oui et Non. Une LED n’émet pas d’infra rouges, en outre l’efficacité de la conversion électricité>lumière vaut typiquement 20%. Il en résulte que 80% de l’électricité est convertie en chaleur dite « thermique ». Cette chaleur est extraite à l’arrière de la LED et doit être évacuée hors du luminaire. On peut néanmoins affirmer que la LED possède une lumière froide car dépourvue d’infra rouges.

Un luminaire à LEDs consomme très peu

Oui et Non. La transformation de l’électricité en lumière est relativement efficace avec une LED, bien plus que pour les lampes incandescentes. Néanmoins l’efficacité des luminaires à LEDs est généralement inférieure ou égale à ceux équipés de lampes à décharges. Il convient donc de comparer les performances et de les ramener à la consommation. Car même si consommer moins est potentiellement intéressant, il faut que la quantité de lumière suive. Mettre graphe perf / source

Les LEDs émettent une lumière très bleutée, désagréable

Oui et Non. Les LEDs produites par les fabricants ont des teintes qui vont du blanc chaud (typiquement 2700°K, comme une lampe à incandescente) au blanc froid (typiquement 6500°K, la couleur du ciel bleu l’été). Les LEDs blanc froid sont plus efficaces que les blancs chaud. Ceci explique que le marché mette en avant les produits équipés de LEDs bleutées. Des luminaires de teinte chaude existent. Mettre un binning d’un constructeur

L’indice de rendu des couleurs est mauvais avec les luminaires à LEDs Oui et Non. La méthode de meure de l’indice de rendu des couleurs (IRC) est inadapté aux LEDs. Pour preuve, une redéfinition de la méthode de mesure est à l’étude au niveau des instances internationales de l’éclairage. Il est donc conseillé de recourir à des tests utilisateurs plutôt que faire confiance aux valeurs. Mettre image qui montre un test utilisateur présent dans mémoire master recherche Benjamin Monteil.

Les LEDs éblouissent

Oui et Non. Une LED a une forte propension à éblouir. Par rapport à une lampe à incandescence satinée, la différence est évidente. Néanmoins, il ne faut pas généraliser car une LED n’éblouie pas plus qu’une lampe à décharge ou même une lampe halogène de petite taille. Les mesures d’éblouissements étant onéreuses, un essai est à conseiller avec des avis d’usagers.

Un luminaire à LED coûte cher

Oui et Non. Un luminaire à LED est typiquement plus cher que son équivalent basé autour d’une source classique. Néanmoins, il faut raisonner « système » et voir l’investissement sur toute la durée de l’exploitation. Ceci mène à calculer le coût total, appelé « total cost of ownership ». Prenez garde aux feuilles de calcul présentes sur le marché et approchez vous de l’AFE si vous avez des doutes.

La LED est une mini ampoule dotée d’un filament

Non. Une LED ne possède pas de filament qui chauffe à la manière d’une ampoule incandescente. La LED émet la lumière par le biais d’une petite puce électronique et le procédé, la luminescence, est plus efficace que l’incandescence

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0